Tout public
en 1 coup d'œil
plus en détail

Le Songe d’une Nuit d’Eté

spectacle final de l’école du CCN
de William Shakespeare  

«Félicitations! Vous êtes conviés aux noces de la royauté athénienne!» Malgré l’ambiance, les mariages nous font vite voir que «c’est fou comme certains peuvent être plus heureux que d’autres». Pour certains, ils servent même à asseoir leur autorité patriarcale au travers d’une union forcée. Mais l’amour ne se commande pas, fuit, et amène même à se perdre dans un no-man’s land désertique. Un «Songe» tantôt sombre, sensuel et cru, tantôt poétique et grotesque.
Je 19 mai 2016 20h00
Ve 20 mai 2016 20h30
Sa 21 mai 2016 20h30
Di 22 mai 2016 17h00
Je 26 mai 2016 20h00
Ve 27 mai 2016 20h30
Sa 28 mai 2016 20h30
Di 29 mai 2016 17h00
Théâtre amateur / dès 12 ans
135 min. avec entracte / CH

Théâtre du Pommier

Plein tarif 25.– / AVS, AI, chômeur 17.– / Etudiant, apprenti, CarteCulture CARITAS 10.– / Autres cartes 15.– (voir conditions) / Elève du CCN 5.–

en complément


Ce qu'ils en disent...
Revue de presse non-exhaustive
pdf

Le Songe d’une Nuit d’Eté

spectacle final de l’école du CCN
de William Shakespeare  

Mise en scène Sandro De Feo Jeu Karin Bärtschi, Caroline Büchler, Viet-Anh Do, Sylvie Gallo, Noémie Guyot, Nathalie Grossenbacher, Cédric Noël, Patrice Parietti, Jean-Nicolas Pfeuti, John Reift, Brizida Vaz Torres, Jean-Marie Rodriguez Conseils scénographiques Anaïs Blanchard, Nicole Grédy Création Lumière et régie Célien Simon Costumes Janick Nardin Regard extérieur Aurore Faivre Production CCN-Théâtre du Pommier

«Félicitations! Vous êtes conviés aux noces de la royauté athénienne, tous autant que vous êtes!» Toutefois, malgré l’ambiance, les mariages nous font vite observer que «c’est fou comme certains peuvent être plus heureux que d’autres». On ne s’y sent pas forcément à l’aise et pour certains, ils servent même à asseoir leur autorité patriarcale au travers d’une union forcée. Mais ce qu’on peut souvent expérimenter, c’est que l’amour ne se commande pas, il fuit, est déraisonnable, amenant même à se perdre dans un no man’s landdésertique en proie à une dispute combattive entre le roi et la reine d’un monde empli d’une étrange féérie...

Tantôt sombre, sensuel et cru, tantôt poétique et grotesque, «Le Songe» permet un unique va-et-vient au(x) pays de l’Amour, aussi bien pour ses acteurs que pour ses spectateurs, car au final, that’s the dream!
25_le_songe_d_une_nuit_d_ete01_rvb.jpg